Semi-conducteurs: une guerre mondiale technologique

La pénurie de puces fragilise l'économie mondialisée

Avoir le nez fin et voir à long terme. Deux qualités qui permettent de se hisser au sommet du monde. C’est ce qu’a fait Taïwan en investissant massivement, il y a plus de trente ans, dans l’industrie des semi-conducteurs, ces éléments indispensables (et actuellement en pénurie à cause de la forte demande) dans toute la microélectronique actuelle. Une mainmise qui a révélé les tensions avec son voisin chinois mais qui a également permis de lui résister. L’île, à peine plus grande que la Belgique mais située au cœur de l’Asie “technologique” – entre la Chine, la Corée du Sud et le Japon – a donc compris très tôt l’intérêt de cette industrie, contrairement à d’autres qui ont préféré sous-traiter à bas coûts. Jusqu’à rendre le monde entier dépendant non pas à une ressource naturelle, mais à un savoir-faire.

Réservé aux abonnés


Pas encore abonné ?


Lisez l'article gratuitement avec notre offre
"Premier mois gratuit"

1er mois gratuit puis 10,99 €
par mois sans engagement

Déjà abonné ?


Verification de sécurité en cours