Quand les USA internaient leurs propres ressortissants parce qu'ils avaient "le visage de l'ennemi"

Dorothea Lange (Wikipedia)

Dorothea Lange (Wikipedia)

Dorothea Lange (Wikipedia)

Franklin Delano Roosevelt est resté douze ans au pouvoir. Exactement comme Hitler, de 1933 à 1945. Son premier mandat a commencé avec le New Deal, le programme socio-économique qui a remis sur pied l'Amérique après le krach de 1929. Son dernier, entamé peu de temps avant sa mort, a vu la fin de la Seconde Guerre mondiale et le début de l'hégémonie américaine. Surnommé "FDR", le 32e président des États-Unis aura fait de son pays non seulement une puissance économique, mais aussi puissance nucléaire.

Mais, revers de la médaille, il est aussi l'homme responsable de l’internement de 120.000 Nippo-Américains. Sans droit à un procès, en raison de leur ascendance japonaise, des civils, dont deux tiers ont la nationalité américaine, ont été déplacés et entassés dans des camps des plus rudimentaires. Et ce, pendant plusieurs années.

Reporters


Réservé aux abonnés


Pas encore abonné ?


Lisez l'article gratuitement avec notre offre
"Premier mois gratuit"

0€ le 1er mois puis 9,99 €
par mois sans engagement

Déjà abonné ?