Dans les pas
de Jacques Brel,
dans Bruxelles

Quarante années après sa disparition, Jacques Brel
est plus que jamais vivant dans le coeur de ses fans.
La Libre Explore est allée au coeur de l'univers de Brel
Périple 'brelien' dans la capitale,
en compagnie de France Brel, sa fille.

Balade avec Jacques dans Bruxelles

Parcours musical dans la ville de Jacques Brel

D.R.

D.R.

Mon père le dit dans plusieurs interviews, les gens sont quelque part et être de quelque part, c’est important”. Le Bruxelles de Brel est d’autant plus important que tout ce qu’il va écrire sera en rapport avec ses souvenirs d’enfance et d’adolescence.

France Brel dans les murs de la Fondation Brel, février 2019. © Bernard Demoulin

France Brel dans les murs de la Fondation Brel, février 2019. © Bernard Demoulin

Ce Bruxelles est le lieu dont il faudra qu’il parte pour faire connaître ses textes de chansons à Paris. “Mais ce n’est pas parce qu’on quitte un lieu qu’on l’abandonne”, poursuit France Brel.

Et c’est ainsi que l’on voit apparaître Bruxelles dans nombre des chansons que l’auteur Brel a écrites.

Avec un ciel si bas, qu’un canal s’est perdu/Avec un ciel si bas, qu’il fait l’humilité/Avec un ciel si gris, qu’un canal s’est pendu/Avec un ciel si gris qu’il faut lui pardonner…
In Le Plat Pays, 1962

Etape 1 : Sous le ciel belge

De sa ville d’enfance, France Brel dit que son père a été fortement marqué par les couleurs. “Le Bruxelles de Brel est une couleur qui navigue entre le gris et le brun. Tout était sombre pour lui, et un des fils conducteurs de mon père, au démarrage de son enfance, c’est le manque de lumière. Du début à la fin de sa vie, il est heureux là où il y a de la lumière”. C’est ce qui lui aura manqué, et c’est ce qu’il recherche ardemment au long de son existence.

La lumière est d’ailleurs au cœur du champ lexical de son répertoire. On pense au texte de la chanson intitulée La lumière jaillira : “La lumière jaillira/Et de la voir si belle/Je connaîtrai pourquoi/J’avais tant besoin d’elle”. Il aura, aussi, décrit avec force, le ciel des Belges. Ce ciel si bas qu’un canal s’est perdu/pendu, ce n’est pas pour l’élégance de la formule, rappelle sa fille, “ce sont des mots qu’il a portés en lui”.

Réservé aux abonnés


Pas encore abonné ?


Lisez l'article gratuitement avec notre offre
"Premier mois gratuit"

0€ le 1er mois puis 9,99 €
par mois sans engagement

Déjà abonné ?