70 ans du festival de Cannes

Cannes et ses 70 bougies

Picture

Chefs-d’oeuvre, révélations, ratages, scandales, polémiques, anecdotes : l'histoire du festival de Cannes. Palme après Palme.

Sur la croisette Fernand Denis

Picture

1939

Mae West, Gary Cooper, Douglas Fairbanks et Louis Lumière (Président du jury) sont attendus sur la Croisette. Hitler, lui, n’est pas attendu en Pologne, mais il viendra. Le festival est reporté à l’année suivante....

Adolf Hitler, le 5 octobre 1939 en Pologne

Picture

1946

La Palme n’est pas encore inventée, alors il y en aura pour tout le monde. Onze films retourneront au pays avec un Grand prix du Festival international du film dont « Rome, ville ouverte » de Rossellini, « Lost Week-end » de Billy Wilder, « Brève rencontre » de David Lean.

« Lost Week-end » de Billy Wilder

Picture

1947

Le palmarès est un peu moins confus, un peu moins pléthorique, et beaucoup moins brillant. A part Martine Carol en maillot de bain de satin et Jean-Paul Sartre en col roulé , rien à signaler.

Martine Carol

Picture

1948

Tout comme en 50, il n’y aura pas de festival. Grèves, restrictions, travaux. A l’Assemblé nationale à Paris, un ministre déclare: « Faute d’argent, il n’y aura pas de Festival de Cannes » . C’était François Mitterrand.

Picture

1949

Le palmarès se structure, une hiérarchie apparaît. « Le troisième Homme » arrive premier, suivi de « Au-delà des grilles » de René Clément, un abonné aux distinctions cannoises, trois en trois éditions.

« Le troisième Homme » de Carol Reed

Picture

1951

Le premier ex-æquo de la série: « Miracle à Milan » (De Sica) et « Mademoiselle Julie » (Sjöberg). « All about Eve » de Mankiewicz n’a droit qu’à la troisième marche du podium. Un scandale. Pas le dernier.

« Mademoiselle Julie » de Sjöberg

Picture

1952

« Othello » du tandem Welles-Shakespeare enlève le grand prix ex æquo. Mais c’est « Fanfan la Tulipe » qui soulève l’enthousiasme, avec Gérard Philipe et Gina Lollobrigida. « 91.54.92 », ses coordonnées à Cannes, parait-il.

Gina Lollobrigida dans « Fanfan la Tulipe »

Picture

1953

« Le Salaire de la peur » est bien payé, Charles Vanel, meilleur interprète masculin, alors que Clouzot enlève le Grand prix. « Crin Blanc » de Lamorisse aussi, celui accordé aux courts métrages en compétition.

« Le Salaire de la peur » de Henri-Georges Clouzot

Picture

1954

Le palmarès se rallonge dangereusement, Jean Cocteau le préside pour la seconde fois. René Clément et son « Monsieur Ripois » y figure pour la quatrième, il est à Cannes ce qu’Eddy Merckx sera plus tard à Milan-San Remo.

« Monsieur Ripois » de René Clément

Picture

1955

Enfin la Palme d’or. Pagnol et son jury consacrent un film modeste et attachant: «  Marty » de Delbert Mann, mais passent à côté de Sophia, sublissime dans “L’or de Naples” et manquent James Dean dans « A l’Est d’Eden ».

James Dean dans « A l’Est d’Eden »

Picture

1956

Le festival de tous les incidents dont le retrait de « Nuit et Brouillard » d'Alain Resnais sous les pressions diplomatiques allemandes. « Le Monde du silence » vaut la Palme au commandant Cousteau. Logique.

« Le Monde du silence » du commandant Cousteau

Picture

1957

Le jury d'académiciens français présidé par André Maurois prime « La loi du seigneur » de William Wyler, laissant les accessits à « Kanal », chef-d’œuvre de Wajda, et au « Septième Sceau » de Bergman, un futur classique du septième art. La honte.

« Le septième sceau » d'Ingmar Bergman

Picture

1958

« Quand passent les cigognes », on s’en souvient. Kalatozov, c’était le Wong Kar-wai venu de l'Est. Un critique de la revue “Arts”, lui aussi, ne fait que passer, il est interdit de festival à cause de ses articles peu amènes de l'an dernier.

« Quand passent les cigognes » de Mikhaïl Kalatozov

Picture

1959

Le critique revient quand même. Au lieu d’une matraque de CRS, il reçoit le prix de la mise en scène. On lui a pardonné ses « Quatre cents coups ». « Orfeu Negro » emporte la Palme, « Hiroshima, mon amour », rien du tout.

« Quatre cents coups » de Jean-Pierre Léaud

Picture

1960

Simenon, président, livre un palmarès sans faille. « La Dolce Vita » de Fellini annonce les Golden sixties alors que “L’Avventura ” d’Antonioni préfigure l’après Golden Sixties. Le néo-réalisme appartient désormais au passé. Viva Italia!

« La Dolce Vita » de Fellini

Picture

1961

Cocktails, réceptions fastueuses, stars, strass, bousculades, starlettes, la recette cannoise est bien au point. On n’y va plus pour voir mais pour être vu. Les films? Bof! On coupe la Palme en deux entre « Viridiana » (Buñuel) et « Une aussi longue absence » (Colpi).

« Viridiana » de Buñuel

Picture

1962

« Parole donnée » du Brésilien Duarte est palmé par le jury qui compte en son sein le vilain critique exclu à vie. Truffaut est content, il ne voit que des films d’auteur: Buñuel, Bresson, Antonioni. Et le décolleté de Nathalie Wood.

« Parole donnée » d'Anselmo Duarte

Picture

1963

Un grand cru, Hitchcok est accompagné de Tippi Hedren et de ses « Oiseaux », Fellini est compté « Huit et demi », « To kill a Mockinbird » est le meilleur Mulligan. Et la Palme d’or va au « Guépard » de Visconti. Avec la féline Claudia. Qui dit mieux?

« Le Guépard » de Luchino Visconti

Picture

1964

La sélection n’est pas à la hauteur du président Fritz Lang, même si la Palme va aux « Parapluies de Cherbourg ». L’événement se déroule à la semaine de la critique qui révèle Glauber Rocha et Bertolucci.

« Les parapluies de Cherbourg » de Jacques Demy

Picture

1965

Gina est toujours là, mais les pulpeuses Italiennes cèdent la vedette aux faméliques britonnes. Sean Connery est la sensation du festival et Charlotte Rampling, la sensationnelle de « The Knack », Palme d’or.

« The Knack » de Richard Lester

Picture

1966

Le festival chante Chabadabada. Encore une fois Chabadabada. « Une Homme et une Femme » et une Palme d’or pour Deauville. Interdite par la censure française, “La Religieuse” de Rivette représente la France sous la pression.

« Une Homme et une Femme » de Claude Lelouch

Picture

1967

Des stars en veux-tu en voilà: Bardot, Jerry Lewis et l’infatigable Gina Lollobrigida (toujours au “91.54.92”?). Pour la Palme d’or, il n'y a pas photo, c'est « Blow Up » d’Antonioni. Le Festival est en pleine santé.

« Blow Up » de Michelangelo Antonioni

Picture

1968

Les projections n’étant plus assurées en raison des circonstances, la direction interrompt le Festival. « Comment allez voir des films quand le sang coule à Paris? » vociférait Godard. C’est donc moins grave quand il coule ailleurs?

Jean-Luc Godard (crédit: DR)

Picture

1969

Année érotique? Non, psychédélique, voire anarchiste. Beaucoup de films remettent en cause la société: « Easy Rider », « Adalen 31 », « Z » de Costa-Gavras, « Ma nuit chez Maud » de Rohmer. Lindsay Anderson l’emporte avec « If ».

« Easy Rider » de Dennis Hopper

Picture

1970

La Quinzaine des réalisateurs fait la guerre à la compétition officielle qui compte pas moins de trente films dont « M.A.S.H. », Palme d’or. Mastroianni reçoit le prix d’interprétation masculine. Il le mérite chaque année.

« M.A.S.H. » de Robert Altman

Picture

1971

Le jury préfère les anciens, Losey (Le Messager, Palme d’or) et Visconti (Mort à Venise, prix spécial) aux nouveaux Forman (Taking off) et Schatzberg (Panic in Needle Park). L’inoubliable «  Johnny got his gun » n’est pas oublié.

«  Johnny got his gun » de Dalton Trumbo

Picture

1972

Palmarès à gauche, toutes. Double Palme pour « L’affaire Mattei » de Rosi et « La Classe ouvrière va au paradis » d’Elio Petri. Il est vrai que l’invité d’honneur du festival s’appelle Marx. Groucho Marx.

« La Classe ouvrière va au paradis » d’Elio Petri

Picture

1973

« La grande Bouffe » d’un Marco Ferreri lucidement obscène fait un scandale historique. Pas de prix au palmarès mais un triomphe public. Davantage que les Palmes d’or: « L’Epouvantail » de Jerry Schatzberg et « La Méprise » d’Alan Bridges.

« La grande Bouffe » de Marco Ferreri

Picture

1974

Que des grands noms dans la sélection officielle: Russel, Resnais, Altman, Pasolini, mais tous en méforme. Il y a bien Fellini et son « Amarcord » mais hors compet’. Coppola s'impose naturellement avec « The Conversation ».

« The Conversation » de Francis Ford Coppola

Picture

1975

André Delvaux et les autres membres du jury font entrer un pays en voie de développement au palmarès : « Chronique des années de braise » de l’Algérien Mohamed Lakhdar Hamina, Palme d'or. Gina n’est pas là.

« Chronique des années de braise » de Mohamed Lakhdar Hamina

Picture

1976

Gene Kelly, Fred Astaire, Johnny Weissmuller, Cary Grant et Cyd Charisse ressuscitent Hollywood sur Croisette. Un « Taxi driver » les attend au bas des marches. Martin Scorsese, Palme d’or. Robert DeNiro superstar.

« Taxi driver » de Martin Scorsese

Picture

1977

Nouvelle lutte fratricide entre Italiens. « Padre Padrone » des Taviani souffle la Palme à « Une journée particulière » de Scola. Sévèrement attaqué pour son palmarès, Rossellini, président du jury, meurt cinq jours après les délibérations.

« Padre Padrone » des frères Taviani

Picture

1978

Rebelote pour les Italiens, Palme pour « L’Arbre aux sabots » d’Olmi. La Caméra d’or est inventée pour récompenser le premier film d’un metteur en scène. Elle ne sera décernée que l’année suivante.

« L’Arbre aux sabots » d’Ermanno Olmi

Picture

1979

La Palme d’or est belge, celle du court métrage pour « Harpya » de Raoul Servais. Celle du long métrage est partagée, une fois de plus. Entre « Apocalypse Now » de Coppola (deuxième Palme) et « Le Tambour » de Schlöndorff.

« Le Tambour » de Volker Schlöndorff

Picture

1980

Le président du festival est un peu sourd, on lui avait demandé de téléphoner à Douglas Sirk pour présider le jury, il appellera Kirk Douglas. Résultat, Akira Kurosawa (Kagemusha) partagera sa Palme avec Bob Fosse (All that Jazz).

« Kagemusha » d'Akira Kurosawa

Picture

1981

La Palme d’or soutient Solidarnosc, cinématographiquement incarné dans « L’Homme de Fer » de Wajda. Isabelle Adjani fait de deux films « Quartet » d'Ivory et « Possession » de Zulawski, un seul prix d’interprétation très féminine.

« L’Homme de Fer » de Wajda

Picture

1982

Les Allemands sont impressionnants, « Fitzcarraldo » de Herzog et « Hammett » de Wenders. Mais la Palme est doublement militante « Missing » de Costa-Gavras dénonce la participation américaine au coup d’Etat au Chili et « Yol » fut dirigé par le Turc Yilmaz Guney depuis sa geôle.

« Missing » de Costa-Gavras

Picture

1983

Le festival déménage. Le  « Bunker » fait son entrée dans le vocabulaire cannois à côté du Palais-Croisette, du Blue Bar, du petit Carlton, du PMU (le bistrot des Belges), etc. Shohei Imamura retourne au Japon avec la Palme pour « La Ballade de Narayama ».

« La Ballade de Narayama » de Shohei Imamura

Picture

1984

Triomphe total pour Wim Wenders. « Paris, Texas » est Palme d’or, Nastassja Kinski est lumineuse et le copain Jarmusch est Caméra d’or pour « Stranger than Paradise » tourné avec de la pellicule donnée par... Wenders.

« Paris, Texas » de Wim Wenders

Picture

1985

Le festival est une institution où l’événementiel supplante désormais l’essentiel. Heureusement, Milos Forman, président du jury, retrouve son âme slave en couronnant « Papa est en voyage d’affaires » du Yougoslave Emir Kusturica.

« Papa est en voyage d’affaires » d'Emir Kusturica

Picture

1986

Cannes est plus que jamais la grand-messe du cinéma. « Mission », très contesté, de Roland Joffé est Palme d ’or. « Thérèse » de Cavalier convertit le public. Sans parler du “Le Sacrifice” de Tarkovsky. Gina est-elle encore la bienvenue à la grand-messe du cinéma ?

« Mission » de Roland Joffé

Picture

1987

40e anniversaire et 20 ans que la France n’a plus gagné. On jette la Palme à Pialat pour son plus mauvais film « Sous le soleil  de Satan ». Au sommet de son art, Wenders s’envole avec « Les Ailes du désir ».

« Sous le soleil  de Satan » de Maurice Pialat

Picture

1988

Festival et public sont au bord du divorce. La critique assassine « Le grand Bleu », les spectateurs lui font un triomphe, voire carrément un phénomène de société. La Palme part pour le Danemark avec « Pelle le conquérant » de Bille August.

« Pelle le conquérant » de Bille August

Picture

1989

La nouvelle génération est arrivée. Sorderberg, Palme d’or dès son premier film « Sex, Lies & Videotapes », Tornatore entre dans tous les cœurs avec « Cinema Paradiso », Kusturica signe son chef-d’œuvre: « Le Temps des gitans ».

« Sex, Lies & Videotapes » de Steven Sorderberg

Picture

1990

On garde le cap (d’Antibes où logent les invités de prestige) avec la Palme à David Lynch pour « Sailor & Lula ». Delon se balade avec un pin’s de quatre lettres en diam’s: « star ». Pauvre homme.

« Sailor & Lula » de David Lynch

Picture

1991

Jaco reçoit une Camera d'or et devient un héros. Les Coen sont palmés pour « Barton Fink », avec K comme dans Kafka. J'ai vu Gina Lollobrigida au balcon (si, si) de sa suite du Majestic. Inlassablement, je fais le 91.54.92. Aucune réponse.

« Barton Fink » des frères Cohen

Picture

1992

Affiche du 45e Festival, Marlène Dietrich, meurt le jour de l’ouverture. Quel sens du timing! Animé des « Meilleures intentions », le jury de Depardieu palme une deuxième fois Bille August. Tout le monde s'en fout. On ne parle que d'un film belge: « C’est arrivé près de chez vous ».

« C’est arrivé près de chez vous » de Rémy Belvaux et André Bonzel

Picture

1993

Il pleut des Palmes « The Piano » de Jane Campion et  « Adieu, ma concubine » de Chen Kaige. Des pierres aussi (Raining Stones). Et cela ne fait pas “Beaucoup de bruit pour rien”. Ken et Emma sont comme Roméo et Juliette.

« The Piano » de Jane Campion

Picture

1994

Une Palme pulpeuse (et Gina qui n’est pas là). Si le soleil est trompeur, «Pulp Fiction »  aussi. Chacun écrit dans son “Jounal intime”: acheter une Vespa. Et apprendre le mandarin car Zhang Yimou - Gong Li, c’est fini.

«Pulp Fiction » de Quentin Tarantino

Picture

1995

Les quatre derniers films de la compétition sont « La Haine », « Ed Wood », « Underground » et « Dead man ». Jamais vu un sprint pareil. Kusturica en sort vainqueur. Tout le monde applaudit sauf Theo Angelopoulos qui avait vendu la Palme avant de l’avoir gagnée.

« Underground » de Kusturica

Picture

1996

« Secrets et mensonges » pour Mike Leigh. Auteuil et Duquenne pour un prix interprétation (Le huitième jour) . Emotion et silence pendant « Breaking the Waves ». Liv et Tyler sur toutes les couvertures. Au loin s’en vont les nuages vers le 50e anniversaire.

Pascal Duquenne et Daniel Auteuil, héros du « 8e jour »

Picture

1997

Ingmar Bergman remporte la Palme des Palmes, Imamura et Kiarostami se partagent celle qui reste, elle a un goût d'anguille et de cerise. Alors que Chevrolet, Cadillac et autres Pontiac vintage conduisent leurs stars à la première de « L.A. Confidential »; Manuel Poirier invente le western breton, le road movie à pied avec Sergi Lopez.

« le goût de la cerise » de Abbas Kiarostami

Picture

1998

Sur l'écran de la salle Debussy, un homme marche le long d'une route déserte. Un téléphone sonne. Tout le monde fouille ses poches, son sac. C'était le portable du marcheur de « Festen ». A part cela, la vie est belle pour Roberto Benigni, rêvée pour Natacha Régnier. Théo Angelopoulos a enfin sa Palme (L'éternité et un jour). Il paraît qu'il dort avec.

« L'éternité et un jour » de Théo Angelopoulos

Picture

1999

Neuf mots du président du jury, David Cronenberg : Palme d'or: « Rosetta » de Luc et Jean-Pierre Dardenne. Emilie Dequenne, prix d'interprétation en prime. On a gagné. Olé, olé, olé! Pedro Almodovar cauchemarde, Caramba, encore manqué malgré « Tout sur mère ». David Lynch s'éloigne à l'horizon , assis sur une tondeuse à gazon.

« Rosetta » de Luc et Jean-Pierre Dardenne

Picture

2000

Lars von Trier la tient enfin, elle s'appelle « Dancer in the dark », tourné avec 100 caméras + Bjork. Mais les chefs-d’œuvre sont « In the mood for love » et « Tigre et dragon ». C'est au far east que cela se passe. Dans le palais des festivals aussi où Gilles Jacob commence à passer le relais à Thierry Frémaux.

« Dancer in the dark » de Lars von Trier

Picture

2001

Coppola ajoute 53 minutes à « Apocalypse Now ». On craint pour le film qui suit. De guerre aussi: « No Man's Land ».  Danis Tanovic, une révélation qui attend – toujours - sa confirmation. Moretti bouleverse avec « La chambre du fils », Lynch hypnotise avec « Mulholland drive ».

« La chambre du fils » de Nino Moretti

Picture

2002

Après « Le miroir » de Bergman, voilà le Mirwart d'Olivier Gourmet. Ce « Fils » de Wallonie est sacré meilleur acteur grâce aux Dardenne. « Le Pianiste » de Polanski emporte la première manche de son grand chelem: Palme - César – Oscar. Oubliée Gina, il n'y en a plus que pour Monica. Irréversible, semble-t-il.

« Le pianiste » de Roman Polanski

Picture

2003

« Fanfan la tulipe », nouvelle version en gala d'ouverture ». Gina manque au générique. C'est pas le seul manque. Blier manque son film, Ruiz aussi, Téchiné itou, Haneke également. Gallo filme son nombril et Van Sant un « Eléphant » sous un palmier. C'est l'année sans. Sauf pour Denys Arcand et ses « Invasions barbares ».

« Invasions barbares » de Denys Arcand

Picture

2004

Tapis rouge et jour de gloire pour Max Naveaux, Jacques Hardy et Jean-Jacques Rousseau, trois Ed Wood wallons, hors compétition. Copie arrivera, arrivera pas? « 2046 » de Wong Kar-wai est le plus grand suspense de l'histoire du festival. Avec « Fahrenheit 9/11 », Michael Moore emporte la Palme et Benoît Poelvoorde les secrets de la délibération.

« Fahrenheit 9/11 » de Michael Moore

Picture

2005

C'est le rapport participation – récompense le plus élevé de l'histoire du festival : trois films, quatre prix dont deux Palmes. Luc et Jean-Pierre Dardenne sont plus que jamais « L'Enfant » de Cannes. Un film triomphe sur la Croisette, il dure trois secondes : « Le sein de Sophie Marceau ».

« L'Enfant » de Luc et Jean-Pierre Dardenne

Picture

2006

Il est venu treize fois, sans jamais toucher le palmier. « Le vent se lève » et le jury aussi pour Ken Loach. Combien de fois Almodovar devrait-il venir? « Volver » était favori, « Babel » aussi. « Marie-Antoinette » a de nouveau perdu la tête et les « Indigènes » la relèvent sur l'air des tirailleurs sénégalais.

« Le vent se lève » de Ken Loach

Picture

2007

Pour ses 60 ans, Cannes s'offre un...film : « Chacun son cinéma ». 35 réalisateurs réalisent un court métrage de 3 minutes. Il s'offre aussi du sang neuf, 13 nouveaux noms en Compétition. Transfusion réussie « 4 mois, 3 semaines, 2 jours », la Palme pour un jeune Roumain Cristian Mungiu. Marjane Satrapi (Persepolis) et Fatih Akin (De l'autre côté ) sont sur orbite.

« 4 mois, 3 semaines, 2 jours », de Roumain Cristian Mungiu

Picture

2008

Les Dardenne (Le silence de Lorna) sont en Compétition et la nouvelle génération belge déboule à la Quinzaine et à la Semaine de la Critique. L'« Eldorado » de Bouli et « Eldorado », Lafosse et son « Elève libre », Christophe Van Rompaey en route pour « Moscow Belgium ». Abel & Gordon dansent la « Rumba » alors qu'en Compétition, on « danse avec Bashir ». Laurent Cantet obtient la Palme avec « Entre les murs », c'est classe!

« Entre les murs » de Laurent Cantet

Picture

2009

13 ans de silence depuis « le 8eme jour », Jaco Van Dormael est devenu « Mister Nobody » à Cannes, la déception est immense. On fait un fait un mauvais procès à Isabelle Huppert qui Palme « le Ruban Blanc » de son réalisateur Michael Haneke. Ken Loach signe une comédie chaleureuse, « Looking for Eric », et Lars von Trier une comédie involontaire, « Anti-christ ». Félix Van Groeningen se charge du scandale en défilant en vélo et à poil pour sa « Merditude des choses ».

« le Ruban Blanc » de Michael Haneke

Picture

2010

S'il existe des crus exceptionnels, il faut bien une année pourrie de temps en temps. La Palme « Oncle Bonmee celui qui... » d'Apichatpong Weerasethakul est recommandée comme somnifère. Il y avait pourtant « Des Hommes et des dieux », « Poetry », « La Princesse de Montpensier ». Vivement « Another Year » conclut Mike Leigh.

« Des hommes et des dieux » de Xavier Beauvois

Picture

2011

Ça roule pour les Dardenne, « Le gamin au vélo » remporte le « grand prix » , la médaille d'argent du palmarès. Ça fonce pour Nicolas Winding Refn et Ryan Gosling dans « Drive ». Que fait la « Polisse » de Maïwenn? Attention au « Tree of Life » de Terrence Malick, une Palme est vite arrivée. D'ailleurs, tout peut arriver à Cannes, même Jean Dujardin, sacré « The Artist » of the year.

« Tree of Life » de Terrence Malick

Picture

2012

Cannes découvre Matthias Schoenaerts et en a les jambes coupées. Comme Marion Cotillard dans « De rouille et d'os ». C'est le cœur serré qu'on quitte « Amour ». Le jury de Moretti ne passe pas à côté de la Palme, la deuxième pour Haneke. S'il existait la Palme des fêtes, elle n’aurait pas échappé à celle du « Grand soir » de Kervern et Delépine, avec Dupontel et Poelvoorde en punk à chien. Le jury « Un certain regard » prime aussi Emilie Dequenne, « A perdre la raison » dans le Lafosse.

« Amour » de Michael Haneke

Picture

2013

Spielberg président. On a mis les petits plats dans les grands. Le meilleur des Coen (« Inside Llewyn Davis »). Un Michael Douglas virtuose («  Behind the Candelabra » de Soderbergh), Payne dans le « Nebraska », à la frontière du road movie et de la comédie. « Le passé » de Farhadi et « La Grande Bellezza » de Sorrentino enchantent la Croisette. Il y en avait des plans B, mais Spielberg et son jury ne se dérobent pas devant l'oeuvre la plus puissante et dérangeante : « La vie d'Adèle » de Kechiche.

« La vie d'Adèle » de Kechiche

Picture

2014

Trop présentes sur les affiches, trop absentes derrière la caméra; Cannes a un problème avec les femmes. Cette fois, elles dominent la sélection : ouvrières dans « Deux jours, une nuit,  « Mommy » chez Dolan, « Captives » chez Egoyan, médium dans « Still the water », lapidée dans « Timbuktu », intimes dans « Sils Maria » . C'est pourtant un homme Nuri Bilge Ceylan qui l'emporte avec « Winter Sleep ».

« Winter Sleep » de Nuri Bilge Ceylan

Picture

2015

Les films les plus applaudis, « Mia Madre » de Nanni Moretti et « Youth » de Paolo Sorrentino, rentrent bredouilles. Audiard déçoit mais gagne avec « Dheepan » . Un palmarès complètement tamoul et le plus beau jour dans la vie de Vincent Lindon, prix d'interprétation selon « La loi du marché ». « Le tout nouveau testament » est plébiscité à la Quinzaine, Jaco Van Dormael est sur un nuage.

« Dheepan » d'Audiard

Picture

2016

« Paterson » de Jarmusch, « Elle » de Verhoeven, « Toni Erdmann » , « Aquarius » étaient les meilleurs films de la 69ème édition. La preuve? Ils n'étaient pas au palmarès. George Miller et son jury ont inventé l’anti-palmarès. Comme il se doit Ken Loach se tient aux côtés des laissés-pour-compte avec sa deuxième Palme pour « Moi, Daniel Blake »

« Paterson » de Jarmusch

Picture

2017

Président du jury, Almodovar tiendra enfin la Palme, mais quelques secondes, avant de la remettre au vainqueur de la 70 édition. Le cinéma belge s'offre une année sabbatique. Cannes Classics programme des films qui ont fait la légende du festival. Pas de traces de « Pain, amour et fantaisie » et Claudia sur l'affiche officielle. Gina ne viendra plus.

Photo : Philippe Lopez/AFP